lundi 20 octobre 2014

De retour du marché



De retour du marché... Inspirée...



Un petit exercice de comparaison entre le navet et le rutabaga. Les deux sont bios, les deux sont jeunes et frais, les deux sont délicieux. Et hop, je fais des purées et je congèle des portions individuelles pour l'hiver.

(N'oubliez pas d'ajouter une pointe de muscade à votre purée de navet).



Quand on se nomme «chou de Bruxelles», on a besoin d'aide... Chez nous, les choux de Bruxelles n'avaient pas droit de cité (ils rappelaient de mauvais souvenirs de guerre à mon père).

Moi, je les aime bien avec un beurre monté au jus de citron... et une entrecôte poêlée.



En prime dans ma cuisine, un éclairage parfait pour la photo.




Et tant qu'à faire, pourquoi ne pas utiliser ce beurre d'Échiré dont on a tant entendu parler? (trouvé au Marché Atwater, à la fromagerie). Il mérite bien sa réputation d'être le meilleur beurre au monde! Je l'ai donc essayé à toutes les sauces...



.,. et à tous les fruits dont une Cortland délicieuse (ne lésinez pas sur la cannelle surtout). Au four, évidée et farcie d'une pâte de beurre, de sucre et de cannelle pendant une trentaine de minutes à 350 F. Même pas besoin de glace à la vanille. Dessert d'enfance.



J'ai trouvé au marché fermier un (un seul) oeuf bleu. Depuis le temps que j'en cherchais!



Comme vous pouvez le voir, l'appétit revient quand les bons produits sont disponibles.



On peut sembler rapace, mais on fait des provisions pour l'hiver...



Et la pensée de toute cette froidure qui nous attend nous rend un peu bougon.



Tandis que d'autres prennent leurs ailes à leur cou...



et partent à tire d'aile vers le Sud.



Inexorablement, l'automne s'est installé et les arbres se sont dégarnis. Brrrrrr!

jeudi 9 octobre 2014

Des nouvelles



Un autre lac... une autre vie...



Au printemps, il y aura les concerts du dimanche à la tête du lac (le Massawippi).



Pour le moment, je profite des couleurs automnales...



et de la faune locale.



Ce sont des êtres attachés à leurs habitudes. Je n'ai qu'à me rendre au pré à l'heure dite pour prendre tous les clichés que je veux d'eux.



Je pousse même jusqu'à l'indiscrétion (ce qu'on peut faire avec un zoom performant!)



J'ai trouvé un petit appartement à North Hatley, un des plus jolis villages au Québec. Nous sommes quelque 850 privilégiés. C'est presque comme vivre dans un petit village en Angleterre. Il y a le pub, le bureau de poste, l'épicerie (pas une grande surface - l'épicerie où on trouve du sel Maldon et du clotted cream et des scones), quelques boutiques et restaurants pour les «touristes», des antiquaires. Sans être familiers, les gens sont accueillants, polis. Un bonjour et un sourire sont de mise.

Puis le samedi matin, entre 10 h et midi, il y a le marché fermier. Besoin d'une laitue, une vraie de vraie? En cinq minutes vous la tenez. Biologique, charnue, encore vivante...



Parfaite pour enlacer les restes du saumon cuit en papillotte sur le barbecue hier soir.



Et en passant, on se laisse tenter par des artichauts tout tendres et mignons.



Parfaits avec une hollandaise. Dégustés sur la terrasse (petite quand même) dans mon jardin (minuscule mais maîtrisable) avec une vue sur le lac à travers les branches d'arbres qui se dégarnissent.



J'ai vite repéré les habitants locaux... Ils sont bien nourris - tous y participent - et sont beaucoup moins voraces que mes anciens visiteurs. Ils adhèrent à un horaire strict. La visite de ma terrasse est entre 9h30 et 10h.



Il me reste encore des boîtes à vider, mon espace à organiser... Pour créer l'harmonie, il faut un ordre draconien. Dieu qu'on amasse des objets durant une vie! Et puis on les regarde et les souvenirs font surface... un travail de moine!

J'ai dû, par nécessité, recommencer à cuisiner. Tant que je le pourrai, je mangerai dehors sur la terrasse.



Un petit rissotto aux crevettes, un pot au feu (à une seule personne, on mange du pot au feu pendant une semaine!).



Bref, je m'installe tranquillement dans une nouvelle vie.

samedi 16 août 2014

Août


La vie en tourbillon. Vider 40 années de vie dans une maison, organiser un encan, vendre la maison...


Des nouveaux amis (végétariens) au jardin.


Les dernières fleurs de juillet.


Puis celles d'août.



À la recherche d'un nouvel écrin. La ville ne m'attire pas...


Besoin de verdure et de tranquilité.


Besoin d'eau.

jeudi 17 juillet 2014

Des nouvelles et des remerciements


Le silence est étourdissant. Pour ne pas avoir l'air de me parler seule, j'apprivoise les petits suisses et l'écureuil roux. La conversation n'est pas très animée. On leur a appris de ne pas parler la bouche pleine!


Au début, ils ne savaient pas exactement que faire avec les noix de Grenoble, mais ils se sont vite habitués à ces fruits étranges. Ils ont engouffré un sac de 2 kilos en quelques jours!


Au moindre rayon de soleil, je me précipite sur la véranda pour dîner au soleil. Le temps fait son oeuvre et j'orne la table de fleurs. Pas question de manger devant la télé.


En fait, je profite du jardin tandis que je le peux.


Je prends le temps d'observer le merle.


Merci pour vos mots d'encouragement. Ils m'ont apporté du réconfort. Non, le chat bleu ne sera pas remplacé par un autre chat. Quand on a connu la perfection... Mais je nourris l'espoir d'adopter un lévrier mis à la retraite de la course. Si mon plan se concrétise, ce sera mon premier chien. Vous pensez que j'arriverai à établir le lien?

vendredi 20 juin 2014

Feliz


Un malheur n'arrive jamais seul. Pendant treize années, Feliz a marché doucement sur mon coeur. La douleur est apparue tard dans la nuit mercredi. Malaises et cris de douleur. Le vétérinaire a découvert une énorme tumeur abdominale et il ne pouvait pas garantir le succès d'une intervention.


Le chat bleu a donc quitté cette vie moins d'une semaine après cette femme qu'il aimait tant, en ronronnant tandis que je lui caressais le museau.